41% des entreprises britanniques voient un bénéfice à disposer d’un personnel parlant des langues étrangères

41% des entreprises britanniques voient un bénéfice à disposer d’un personnel parlant des langues étrangères: Selon la Confédération de l’Industrie Britannique (CBI), le système d’éducation au Royaume-Uni ne produit pas assez de personnes ayant les compétences en langues étrangères que les entreprises recherchent.

41% des entreprises britanniques voient un bénéfice à disposer d’un personnel parlant des langues étrangères

41% des entreprises britanniques voient un bénéfice à disposer d’un personnel parlant des langues étrangères

Près des deux tiers des entreprises au Royaume-Uni indiquent préférer du personnel ayant des compétences en langues étrangères, les trois principales étant le français (50%), l’allemand (49%) et l’espagnol (44%).

Parmi les langues les plus utiles, l’arabe et le mandarin sont en hausse, occupant respectivement les cinquième et sixième places. En 2012, 19% des sondés considéraient l’arabe comme une langue utile à leur organisation. En 2014, ils sont désormais 23% à le penser. De la même façon, le mandarin est maintenant une langue très appréciée pour 31% des entreprises britanniques, soit 6% de plus qu’en 2012 (25% à l’époque).

Parmi les autres langues appréciées par les entreprises en 2014, on retrouve :

  • Le polonais avec 19% (-10% par rapport à 2013)
  • Le russe avec 18% (+5% par rapport à 2013)
  • Le cantonais avec 16% (au même niveau qu’en 2013)
  • D’autres langues diverses avec 16% (-3% par rapport à 2013)
  • Le japonais avec 15% (+7% par rapport à 2013)
  • Le portugais avec 11% (-2% par rapport à 2013)

Parmi les quelques 300 entreprises interrogées, plus des deux cinquièmes (41%) déclarent qu’avoir des employés capables de parler une langue étrangère est un avantage, mais ne constitue pas une obligation lors du recrutement de nouveau personnel. Près des deux tiers des entreprises déclarent que parler des langues étrangères est utile pour établir des relations avec des contacts à l’étranger, 35% déclarant cependant que ces compétences ne sont pas nécessaires.

Katja Hall, Directeur général adjoint du CBI, déclare : « Il est inquiétant de voir que l’étude d’une langue étrangère dans les écoles est remise en question, une école sur cinq n’ayant que peu d’élèves inscrits en classes de langues. Le jury s’interroge toujours pour savoir si les initiatives gouvernementales récentes peuvent aider à stimuler un regain de l’apprentissage des langues ».

« Les jeunes qui réfléchissent à leur choix de cours devraient être davantage informés des avantages que procure l’apprentissage d’une langue étrangère à une carrière ».

Mark Anderson, directeur général de Pearson UK, d’ajouter : « L’anglais est la langue internationale des affaires, ce qui a clairement été un réel avantage pour les entreprises britanniques, mais en tant que société mondiale, nous comprenons que l’entreprise disposant d’employés capables de communiquer avec une certaine maîtrise dans la langue des clients et des fournisseurs, dispose d’un gros avantage sur les marchés en forte croissance dans le monde ».